Skip to content

La générosité, une valeur de Noël

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf partage avec nous son regard sur la fête de Noël ainsi que sa vision de la générosité

Ceux que la perspective de Noël ne réjouit pas sont sans doute très minoritaires. Si l’on demandait à la population pourquoi cette fête jouit d’un tel attrait, on obtiendrait certainement des réponses très diverses. Une partie se dirait à coup sûr réjouie par la naissance de Jésus-Christ. Une frange importante de la population aspirerait plus simplement à ces quelques jours de trêve, trop rares mais bienvenus, qu’ils pourront passer avec leur famille et leurs amis.

Faut-il s’inquiéter que cette fête, événement majeur dans le calendrier chrétien, se réduise pour beaucoup à une courte période de repos contemplatif ou de détente ? Je ne crois pas. Car ces éléments font aussi partie de Noël. Ils permettent justement aux croyants de passer du temps avec les chrétiens moins actifs qu’eux. Au-delà, les adeptes d’autres religions sont parfois eux aussi attirés par la dimension traditionnelle, les chants et l’ambiance de Noël. Dans ce contexte, les chrétiens peuvent jouer le rôle de constructeurs de ponts et trouver une grande satisfaction à ces temps de partage et de fête.

Publicité

Revers de la médaille, la course aux achats et aux cadeaux constitue pour beaucoup une source de stress particulière. En abordant la thématique de la générosité, cette édition de Quart d’heure pour l’essentiel a fort heureusement pris le parti de ne pas donner la place seulement aux grandes enseignes commerciales. Dans une perspective chrétienne, la générosité revêt une signification toute différente. Il s’agit d’un élan de générosité en faveur de ceux qui vont moins bien que nous. Un élan qui peut s’exprimer sous la forme d’un cadeau matériel, d’une discussion lors d’une promenade ou, plus simplement, d’un signe de présence pour l’autre. En ouvrant notre cœur à l’autre, nous nous rapprochons du sens premier de Noël.

Je souhaite à chaque lectrice et lecteur de Quart d’heure pour l’essentiel d’être habité par une générosité intérieure et de vivre une fête de Noël paisible et contemplative.

Eveline Widmer-Schlumpf, Présidente de la Confédération suisse

Quart d'heure pour l'essentiel

Article tiré du numéro Quart d’heure pour l’essentiel 2012

Publicité