Skip to content

Trahison et abandon: quand tout s’écroule

Vécu.

Alors que ma vie ressemblait à un long fleuve tranquille, en été 2016, tout a basculé. J’ai brutalement affronté les mensonges et infidélités répétés de mon mari et cela s’est soldé par un divorce. J’avais la sensation que tout s’écroulait autour de moi. J’ai cru que toutes les sécurités que je m’étais construites n’étaient plus que trahisons, destructions du modèle familial et inconnue professionnelle. Il me fallait tout recommencer à zéro et garder la tête froide pour avancer avec les enfants. Comment ne pas tomber dans l’amertume, la rancœur ou la
vengeance?

J’ai d’abord beaucoup pleuré et crié à ce Dieu qui promet de nous donner un avenir et de l’espérance. Je me suis appropriée des versets spécifiques qui me touchaient. Quand je ne savais plus comment prier tant la douleur était forte, je me rappelais cette parole de la Bible: «Or à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en vous, infiniment au-delà de tout ce que vous pouvez demander ou penser…» (Ephésiens 3, 20). J’ai dû pardonner à mon ex-mari afin de me libérer de toutes les émotions négatives destructrices. Cela s’est fait petit à petit.

Publicité

J’ai vraiment décidé de croire que Dieu était plus grand que mes épreuves et qu’avec tous les débris de ma vie, il pourrait en reconstruire une nouvelle. C’est dans ce moment très difficile que j’ai vraiment compris que Dieu était au-dessus de tout et qu’il m’aimait par-dessus tout. Je suis passée par une thérapie de relation d’aide qui m’a beaucoup aidée. Et la paix et ma confiance placée en Dieu ont peu à peu transformé ma relation avec mon ex-mari qui est désormais bonne. J’ai aussi rencontré, au bon moment, des personnes qui m’ont fait confiance et donné du travail. Il y a bien sûr encore des choses à régler, mais je crois que Dieu s’en occupe petit à petit et je peux dire que je me sens épanouie dans ma nouvelle vie. Oui, tout est possible à celui qui croit!»

Maryline, 40 ans et maman de deux enfants

Quart d'heure pour l'essentiel

Article tiré du numéro Quart d’heure pour l’essentiel Pentecôte 2021

Publicité