Commander le journal

Une banane contre le racisme dans les stades

02.05.14 - Racisme. Le 27 avril, un supporter lance une banane sur le défenseur de Barcelone Dani Alves. Lequel s’empresse de la manger. Son geste est devenu un symbole anti-raciste. Réactions.

Martine Brunschwig-Graf, présidente de la commission fédérale contre le racisme


Le geste du joueur a été très intelligent. Il a manifesté ses convictions et sa solidarité avec les joueurs victimes de racisme.

Il s’agit aujourd’hui de définir ce qui est tolérable ou pas, quitte à interrompre un match pour manifester la désapprobation. Ne rien faire est la pire des réactions. Les clubs doivent être sanctionnés en cas de telles incivilités.



Philippe Mermod, directeur de l’ONG de parrainage d’enfants Compassion (photo)


La réaction du footballeur a été magnifique : quel pied de nez aux spectateurs racistes ! La violence raciste dans les stades est un vrai problème. Je suis favorable à l’utilisation de caméras de surveillance pour sanctionner les fauteurs de trouble.

Mais le manque de respect est un problème plus global. Notre programme d’aide aux enfants démunis inclut la promotion du respect de leurs copains de jeu et des autorités.



Marianne Streiff, conseillère nationale PEV


L’action «banane contre le racisme» est une réponse pleine d’humour à un problème sérieux. Le sport est une activité rassembleuse et joyeuse. Il ne doit pas servir de plate-forme pour promouvoir le racisme.

Le problème du racisme doit être pris au sérieux. Les clubs, les joueurs et les clubs de supporters doivent régulièrement prendre position contre le racisme. Car ce fléau ne va pas disparaître des stades de lui-même.



Léo Lacroix, défenseur du FC Sion


Malgré tous les mouvements anti-racistes, il y a encore des gens avec une mentalité trop petite. Cela devient de plus en plus dur.

J’espère qu’un jour les gens comprendront que nous sommes tous fils de Dieu, que l’on soit noir, jaune, blanc, rouge ou même métis.



Bernard Challandes, sélectionneur de l’Arménie


J’ai bien aimé le geste d’Alves. Le racisme n’a pas sa place dans les stades, ni ailleurs. Il faut le combattre. Et le prendre comme Alves est une magnifique réponse : l’humour est une réponse à l'imbécillité, même s’il ne faut pas en faire quelque chose de démagogique et même s’il y a certainement d’autres réactions possibles. En l’occurrence, ce geste est intéressant, dans la mesure où l’on ne peut pas répondre au racisme par la seule logique ou l’argumentation.

 
Une banane contre le racisme dans les stades