Commander le journal

Le Réveil genevois a 200 ans

16.05.17

2017 marque un autre anniversaire: celui du bicentenaire du Réveil de Genève. Au début du 19e siècle, l’enseignement de Calvin et des réformateurs est en perte de vitesse. Les idées des Lumières influencent la théologie de l’Eglise genevoise au point où «la trinité, la divinité du Christ ou la manière dont la grâce opère ont été écartées», écrit le pasteur Luc-Olivier Décoppet dans un article publié sur lafree.ch.

Toutefois, ce protestantisme rationnel ne convient pas aux chrétiens aspirant à une expérience plus personnelle de la foi. Certains fréquentent alors les réunions de la communauté morave ou d’Ami Bost.

Le retour à l’étude de la Bible transforme plusieurs étudiants de théologie. Lorsque la Compagnie des pasteurs leur demande de ne plus prêcher sur la divinité de Jésus, le péché originel et la grâce, ils se constituent en Eglise hors de l’Eglise officielle. Dans la foulée, la Société évangélique voit le jour. L’Eglise libre de Genève est un fruit direct de ce réveil spirituel.

On doit également au Réveil de Genève des œuvres sociales comme la Croix-Rouge (Henry Dunant était le secrétaire de l’Alliance évangélique de Genève), la Croix-Bleue, la fondation par John Bost des Asiles de Laforce, pour handicapés physiques et mentaux etc, ainsi que de nombreuses associations missionnaires ou bibliques.

La Suisse romande compte aujourd’hui plus d’une centaine d’Eglises libres ou évangéliques qui tirent leurs racines de ce Réveil. (sr)