Commander le journal

De quoi avez-vous peur ? Baromètre des inquiétudes de la population: les principales façons de les surmonter

01.09.09 - Sondage exclusif. Comment les Suisses surmontent-ils leurs soucis? En faisant du sport pour la plupart d’entre eux. Deux Suisses sur trois pensent que la prière constitue une aide efficace

Ignorer ses craintes, ses inquiétudes, à la façon de l’autruche qui met la tête dans le sable, n’est pas dans les habitudes de la population. Le sondage réalisé par MIS Trend en exclusivité pour 1/4 d’heure pour l’essentiel révèle que le plus souvent, les individus se disent que «ça ira mieux demain», réfléchissent à leurs soucis ou en parlent avec leurs proches. 50 % optent toujours pour une ou plusieurs de ces attitudes. Les Romands privilégient la réflexion personnelle et les Suisses allemands le dialogue avec leur proches. Seul un individu sur cinq fuit ou ignore systématiquement ses soucis.


Le sport ou la prière pour surmonter les soucis

Face aux inquiétudes, une majorité de la population se ressource principalement en pratiquant un sport (68 %). Ils sont 27 % à chercher de l’aide dans des livres et seulement 1,1 % à consulter automatiquement un thérapeute (12 % de temps en temps).


Un peu moins des deux tiers des Suisses (59,8 %) ont déjà cherché de l’aide auprès de Dieu, par la prière, 40,9 % toujours ou périodiquement. Une majorité de la population juge que la foi et la prière constituent une aide efficace ou connaissent, dans leur entourage, des gens qui prient (lire encadré).


Les soucis, source de stress

Enfin, un tiers de la population considère que les soucis les stressent. Les bas revenus et les francophones sont les plus exposés à cette forme de stress, toujours d’après le sondage. ( fh )


L’environnement, souci n° 1

Le sondage réalisé pour «1/4 d’heure pour l’essentiel» révèle les inquiétudes des Suisses et les principales menaces qu’ils entrevoient


Avis aux partis politiques : la meilleure façon de tranquilliser la population serait de lui garantir un travail à vie. Tel est le changement qui diminuerait les soucis d’un Suisse sur deux (55%). 47 % des personnes interrogées pensent également qu’une santé résistant

même aux maladies incurables réduirait leurs soucis, alors que 33 % aspirent à une situation financière plus confortable


Seule une minorité des personnes interrogées pense qu’il est véritablement utile de savoir ce qui vient après la mort (16,8 %). Détail intéressant, ce chiffre grimpe à

35,9 % pour les adeptes d’autres religions que le christianisme.


Une majorité de la population reste confiante

La santé de la planète s’impose clairement comme le souci numéro 1 au sein de la population. Elle préoccupe «assez» ou «beaucoup» 71,5% de la population, loin devant la santé personnelle (28,5%), la situation professionnelle (26,1%) ou la crise financière (24,2%).


Ce que le sondage révèle, c’est que les Romands sont en général plus inquiets que leurs concitoyens alémaniques. Les premiers se soucient davantage de leur vie affective (61,2%) que de leur emploi (57,6%). Les personnes interrogées affirment toutefois être confiantes face à l’avenir (78,4%).


La violence inquiète


Près d’un Suisse sur deux se sent menacé par la violence, la criminalité ou le terrorisme (46,7%). Un Suisse sur six craint l’insécurité économique (16,2%). Les catastrophes naturelles (14,3%) et l’augmentation du coût de la vie (11,1%) préoccupent encore moins. La grippe A a beau être chaque jour aux nouvelles, c’est la menace de pandémies qui inquiète le moins (7,2%).


Là encore, le sondage laisse apparaître des disparités régionales. Les Romands se sentent moins menacés que les Suisses allemands par la violence, la criminalité et le terrorisme (40 contre 48%). A l’inverse, les premiers se sentent davantage sous pression sur le marché de l’emploi que les seconds (20 contre 14%). ( cw )

 
En savoir plus

Le sondage

La foi et la prière aident à surmonter les soucis
oui, certainement 47,4%
oui, peut-être 27%
pas vraiment 8,8%
pas du tout 15,4%

Près de trois Suisses sur quatre pensent que la foi et la prière constituent peut-être ou certainement un recours efficace face aux soucis.

Deux Suisses sur trois ont déjà prié face aux problèmes qu’ils ont rencontrés. 22, 6% de la population le fait même régulièrement.

Enfin, parmi ceux qui ne prient jamais, 26,3% connaissent des gens qui ont la foi ou qui s’adressent à Dieu dans la difficulté


Le sondage représentatif de la population suisse a été réalisé par l’Institut MIS Trend de Lausanne, du 7 au 16 juillet dernier. L’échantillon comportait 1000 Suissesses et Suisses (499 Romands et 501 Alémaniques) âgés de 18 à 74 ans. Marge d’erreur : 3%.